Vous êtes ici

Laura Henno Lauréate du Prix SAM pour l’art contemporain 2019

Lauréate du Prix Sam pour l’art contemporain 2019

Depuis maintenant treize ans, Laura Henno travaille avec des personnes qui vivent en marge de la société. Elle s’intéresse à leurs modes de vie fragiles qui résultent de choix, ou plus souvent, de contraintes sociales et politiques. Des moments partagés avec ces communautés pendant plusieurs années, résultent des photographies et des films qui esquissent les contours mouvant de situations transitoires et de systèmes de survie.

En 2009 Laura Henno commence à développer ses recherches sur le parcours de personnes en situation de migration à la Réunion, alors qu’elle y réside. Elle se rend ensuite aux Comores, où elle rencontre un passeur et un enfant apprenti passeur, avec qui elle se lie d’amitié durablement. Jusqu’en 2021, l’artiste se rend régulièrement dans l’archipel et passe du temps avec Ben, Patron et plusieurs autres garçons et hommes sans papiers qui vivent en bande à Mayotte. Avec leur complicité, elle réalise des portraits photographiques et des films dévoilant en partie leurs vies clandestines qui se constituent dans les interstices invisibles de l’île et de la société.

En parallèle, depuis 2017, Laura Henno fait le portrait des habitants de Slab City, un campement qu’aucune carte ne désigne, situé dans le désert, au sud-est de la Californie. Au croisement de différentes routes migratoires, cet espace hors du temps constitue un lieu d’émancipation et d’affranchissement des lois, des taxes et des infrastructures américaines. Filmés et photographiés dans l’environnement qu’ils ont créé, les habitants de Slab City mettent en lumière d’autres formes d’errance et de fuite que l’artiste s’emploie à révéler.

Au Palais de Tokyo, Laura Henno conçoit une installation vidéo composée de films réalisés aux Comores entre 2013 et 2021. Présentés ensemble, ils dévoilent des fragments de la vie de Patron et de Ben, les passeurs, de Smoggy, qui n’est plus clandestin et vit en harmonie avec ses chiens, et d’un groupe de jeunes hommes qui habitent à la lisière de Koungou, à Mayotte, en attendant que leur situation soit régularisée pour pouvoir aller à l’école ou pour travailler. Coincés entre la plage et la ville, entre l’enfance et l’âge adulte, entre leur pays, l’archipel des Comores, et l’île de Mayotte, déclarée territoire d’outre-mer français en 1975, ils réinventent au jour le jour les conditions de leur survie. Laura Henno présente dans l’épaisseur du temps ces vies violentes et précaires modelées par les politiques migratoires, à travers notamment les rapports que ces personnes entretiennent avec leur environnement immédiat, à travers les liens qui les unissent à leurs chiens et par le prisme de leurs croyances que la forêt et la nuit semblent nourrir.  

 

 

Laura Henno est née en 1976 en France et vit à Paris.

Elle étudie la photographie puis se forme au cinéma et à l’audiovisuel au Fresnoy (Tourcoing). Son travail a notamment été présenté au Centre for Contemporary Art (Nigeria, 2020, exposition collective), à l’Institut de la Photo (Lille, 2019), aux Rencontres de la Photographie d’Arles (2019), à la galerie Les Filles du Calvaire (Paris, 2018), ou encore au Mac Val et au Musée National de l’Histoire de l’Immigration (Vitry-sur-Seine et Paris, 2018, exposition collective).

 

Commissaire : Adélaïde Blanc

Exposition

A partir de juin 2022