Vous êtes ici

Journée "ON AIR live with..." : À travers les réseaux En écho à l'exposition de Tomás Saraceno

Faisant suite aux discussions de la première rencontre d’octobre, un nouveau panel de voix issues de différentes disciplines, de la théorie sociale des réseaux à l’histoire de l’art en passant par l’anthropologie se réunit pour se demander ce que signifie être ON AIR. Les intervenants ouvriront les discussions en révélant la myriade d’architectures matérielles et immatérielles, visibles et invisibles dans lesquelles nous sommes enchevêtrés. Introduites par Bruno Latour, ces conversations enquêtent sur les façons de décentraliser et de décoloniser notre manière de penser, avec l’espoir de dépasser l’exceptionnalisme humain, vers de nouvelles formes d’activisme et la construction de mondes communs.

 

CONVERSATIONS / 14H - 19H

Les conversations sont en anglais.
Introduite par Tomás Saraceno.
Discours d'ouverture par Bruno Latour.
Proposées et modérées par Anna-Sophie Springer et Etienne Turpin.
Avec : Albert-László Barabási, Bronislaw Szerszinski, d’bi.young anitafrika, Fernando Ferroni, Lisa Randall, Vincenzo Napolano et Estelle Zhong Mengual.

 

 

CONCERT « JAMMING WITH SPIDERS » / à partir de 19H30

“The spider’s canvas” d’Evan Ziporyn

Evan Ziporyn, compositeur et directeur du Centre d’art, de Science et de Technologie du MIT, imagine une œuvre inédite pour ON AIR, lors de laquelle un ensemble joue dans la toile de l’araignée. “ Nous jouons dans la toile de l’araignée, utilisant la sonification des modèles en 3D et d’images en 2D dans le langage harmonieux de la gamme naturelle. Plutôt que de jouer avec l’araignée elle-même, nous utilisons ses toiles comme base de notre musique, lisant ses partitions, utilisant ses géométries comme fondement de nos vibrations, elle nous fournit un paysage sonore dans lequel nous pouvons nous promener ”. Collaboration entre le Centre d’art, de Science et de Technologie du MIT (CAST) et le Département d’ingénierie civile et environnementale du MIT (sous la direction Markus Buehler).

Avec : Christine Southworth (cornemuse, guitare et projections eBows) Isabelle Su (design immersif interactif et traitement des données en temps réel).

En co-production avec le Festival d’Automne à Paris.

Ce cycle de rencontres est rendu possible grâce au soutien de la

 

 

Albert-László Barabási est professeur titulaire de la chaire Robert Gray Dodge en sciences des réseaux et professeur universitaire émérite à l'Université Northeastern, où il dirige le Centre des recherches complexes en réseaux. Il y occupe aussi des postes dans le Département de physique et à l’Institut des sciences informatiques, ainsi qu’au département de médecine à Harvard et à l’hôpital Brigham and Women's. Il est membre du Centre de biologie des systèmes du cancer à l’Institut du cancer Dana Farber. Le dernier livre de Barabási est Network Science (Cambridge University Press, 2016). Ses travaux ont mené à la découverte de “réseaux invariant d’échelle” en 1999 et ont proposé le modèle Barabási-Albert pour expliquer leur émergence généralisée dans les systèmes naturels, technologiques et sociaux, du téléphone cellulaire au WWW ou aux communautés en ligne.

 

Fernando Ferroni est professeur titulaire de physique à l'Université de Rome Sapienza et président de l'Institut national italien de physique nucléaire (INFN) depuis 2011. Membre du comité directeur de Science Europe. Il a concentré ses études scientifiques sur la physique expérimentale des particules, en commençant ses recherches au laboratoire du CERN à l'accélérateur du LEP (Large Electron–Positron Collider). Depuis 2004, il travaille sur la physique des neutrinos, avec une expérience aux Laboratoires du Gran Sasso (CUORE) et un projet innovant (Lucifer) sur le même sujet financé par le Conseil européen de la recherche sous forme de bourse avancée. Il est l'auteur de plusieurs centaines d'articles dans des revues scientifiques, il a été membre de nombreux conseils scientifiques internationaux et a présidé de nombreux comités dans le domaine de la physique des hautes énergies. Conscient du rôle majeur que joue la communication scientifique dans la société d'aujourd'hui, il s'est engagé depuis de nombreuses années dans la diffusion et la promotion de la culture scientifique.

 

Bruno Latour est aujourd'hui professeur émérite associé au médialab et au Programme expérimental en arts politiques (SPEAP) de Sciences Po Paris. Depuis janvier 2018, il est titulaire de la bourse du ZKM | Center for Art and Media Karlsruhe pendant deux ans et professeur à l'Université des Arts et du Design de Karlsruhe. Il est membre de plusieurs académies et a reçu six doctorats honorifiques, ainsi que le prix Holberg en 2013. Il a écrit et édité plus de vingt livres et publié plus de cent cinquante articles.  

 

Lisa Randall est professeur de sciences titulaire de la chaire Frank B. Baird, Jr. à la faculté de physique à l'Université Harvard où elle étudie la physique théorique des particules et la cosmologie. Ses recherches relient les connaissances théoriques à des énigmes persistant dans notre compréhension actuelle des propriétés et des interactions de la matière. Les recherches de Randall explorent également des moyens de tester et de vérifier les idées de manière expérimentale, et ses recherches actuelles portent en grande partie sur le Grand collisionneur de hadrons et les recherches et modèles sur la matière noire. Randall a également eu une présence publique grâce à ses écrits, ses conférences et ses apparitions à la radio et à la télévision. Les livres de Randall, Warped Passages : Unraveling the Mysteries of the Universe's Hidden Dimensions et Knocking on Heaven's Door : How Physics and Scientific Thinking Illuminate the Universe ainsi que The Modern World figuraient sur la liste des 100 livres notables de l’année du New York Times.

 

Tomás Saraceno est né en 1973 à Tucumán, en Argentine. Son œuvre peut être considérée comme une recherche continue, éclairée par les mondes de l'art, de l'architecture, des sciences naturelles, de l'astrophysique et de l'ingénierie ; ses sculptures flottantes, ses projets communautaires et ses installations interactives proposent et explorent de nouvelles façons durables de vivre et de ressentir l'environnement. En 2009, Saraceno a participé au programme international d'études spatiales de la NASA Ames. La même année, il présente une installation majeure à la 53e Biennale de Venise et se voit décerner le prestigieux prix Calder. Il a effectué des résidences au Centre National d'Études Spatiales (2014-2015), au MIT Center for Art, Science & Technology (2012 en cours) et à l'Atelier Calder (2010), entre autres. Son travail a été largement exposé à l'échelle internationale dans le cadre d'expositions individuelles et collectives, et fait partie des collections du MoMA, New York ; SFMOMA, San Francisco ; Walker Art Center, Minneapolis ; Nationalgalerie, Staatliche Museen zu Berlin, Berlin ; entre autres. Saraceno vit et travaille sur la planète Terre et au-delà.

 

Anna-Sophie Springer est commissaire d'expositions, écrivaine et éditrice. Depuis 2011, elle dirige la maison d'édition K. Verlag à Berlin, qui propose de nouvelles formes tel que le "livre comme exposition". Dans sa pratique fondée sur la recherche, Anna-Sophie travaille avec des archives et des collections culturelles et scientifiques pour produire de nouvelles écologies d'attention et de soins. Avec Etienne Turpin, elle est co-investigatrice principale de Reassembling the Natural, une exposition sous forme d’enquête sur les histoires naturelles de l'Anthropocène, et co-éditrice de la série Intercalations: paginated exhibition, publiée par K. Verlag et la Haus der Kulturen der Welt à Berlin.

 

Bronislaw Szerszynski est professeur de sociologie à l'Université de Lancaster, Royaume-Uni.  Ses recherches traversent les sciences sociales et naturelles, les arts et les sciences humaines afin de situer la relation changeante entre les humains, l'environnement et la technologie dans une perspective à long terme : celle de l'histoire humaine et planétaire. Ses travaux actuels portent sur l'Anthropocène et l'évolution planétaire. En plus de publications académiques interdisciplinaires, ses interventions comprennent également des performances multimédias, des expositions et des événements artistiques et scientifiques, ainsi que des ateliers participatifs expérimentaux. Il a été co-organisateur des événements publics en sciences de l'art “Between Nature : Explorations in Ecology and Performance” (Lancaster, 2000), “Experimentality” (Lancaster/Manchester/Londres, 2009-10) et “Anthropocene Monument” (Toulouse, 2014-2015).

 

 

Etienne Turpin est philosophe, directeur et  fondateur d'anexact office, son cabinet de recherche en design basé à Jakarta et Berlin, ainsi que co-fondateur et coordinateur de recherche de User Group Inc. LLP, une coopérative de travailleurs basée à Londres qui construit des logiciels libres pour la coordination humanitaire, l'intervention en cas de catastrophe, la surveillance de l'environnement et le plaidoyer. Avec Anna-Sophie Springer, il est co-chercheur principal de Reassembling the Natural, une exposition sous forme d’enquête sur les histoires naturelles de l'Anthropocène, et co-éditrice de la série Intercalations: paginated exhibition, publiée par K. Verlag et la Haus der Kulturen der Welt à Berlin.

 

d'bi.young anitafrika est actrice de théâtre, metteuse en scène, dramaturge et universitaire. Parmi les nombreuses bourses qu'elle a reçues, elle a été l'une des 200 artistes canadiens à recevoir une subvention du New Chapter Grant pour produire son opéra dub environnemental acclamé par la critique intitulé Lukumi : Un opéra dub. Elle est directrice artistique fondatrice du Watah Theatre et instigatrice de Spolrousie Publishing, une maison d'édition qui publie des œuvres originales de Black and QTIPOC creators. Ancienne boursière du Toronto Leadership Lab Fellow, elle est à l'origine de la pratique du leadership créatif et du cadre de libération intersectionnelle - la méthode Anitafrika - qui a été utilisée par la Fondation Stephen Lewis, le Banff Centre, l'Université de Toronto, MaRS, le Women's College Hospital et d'autres établissements dans le monde. Elle est l'auteure de sept livres, neuf pièces de théâtre et sept albums de doublage, et elle a fait des tournées internationales. Abordant les questions de genre, de sexualité, de race, de classe et d'expérience humaine à travers son vaste champ de connaissances artistiques, elle poursuit actuellement des études de troisième cycle à Londres, au Royaume-Uni.

 

Estelle Zhong Mengual est ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon et docteur en Histoire de l'Art (Sciences Po Paris). Elle est membre du comité pédagogique du SPEAP, Master en Arts et Politique, créé par Bruno Latour à Sciences Po Paris. Elle travaille actuellement sur les moyens par lesquels l'art contemporain peut enrichir nos relations et notre sensibilité au monde qui nous entoure, dans le contexte de la crise écologique. Elle est l'auteure de L'art en commun. Réinventer les formes du collectif en contexte démocratique (Presses du Réel, 2018) et co-auteur de Esthétique de la rencontre. L'énigme de l'art contemporain (Seuil, 2018). Elle a également codirigé l’ouvrage Reclaiming Art. Remodeler la démocratie (Presses du Réel, 2017).

Rencontre

Le 23/11/2018, à partir de 14H

Accès gratuit sur présentation du billet d’entrée

Accès au concert dans la limite des places disponibles