Vous êtes ici

Aïda Bruyère

Lauréate du grand prix du 64e Salon de Montrouge.

Aïda Bruyère, jeune artiste française ayant grandi au Mali, fonde sa pratique sur l’image. Issues de différentes sources, transformées puis démultipliées et présentées à l’échelle d’un mur ou d’un livre, les images sont avant tout l’outil de prédilection de l’artiste pour aborder les enjeux liés au corps et à ses constructions dans l’espace social. Depuis sa première série de photographies, une fiction imaginée à partir de la vie excentrique d’un malien fortuné, jusqu’à ses recherches récentes sur le twerk et les battles de dancehall, elle explore les mécanismes de la constitution et de l’expression des identités à travers la contre-culture urbaine. Les postures, les accessoires, les lieux de fêtes et de compétitions fascinent l’artiste depuis son adolescence, notamment pour leur puissance émancipatrice. Évoluant en marge de la culture dominante, ces gestes et ces représentations se construisent avec et en réaction à des images préconçues, colonisées, sexualisées et politiques du corps.

Aïda Bruyère poursuit ses recherches au Palais de Tokyo avec une installation inspirée d’une boîte de nuit à Bamako. Mais dans cet espace social qui d’ordinaire s’articule autour de l’énergie des corps rapprochés, de la musique et de l’ivresse, il ne reste que quelques images et objets. L’expérience de ce lieu en apparence délaissé, tel qu’il pourrait être après une fête ou en temps de crise économique, invite à considérer d’autres récits qui l’habitent de manière plus ténue.

« Aïda Bruyère fait entrer dans les codes de l’art contemporain ces cultures qui ont cette qualité de se régénérer en permanence et d’irriguer la mode, pour mieux mettre en valeur ces personnes créatrices mises à l’écart et littéralement sucées par l’industrie culturelle. » Juliette Souliez

 

 

Née à Dakar en 1995, Aïda Bruyère vit et travaille à Paris.

Diplômée des Beaux-Arts de Paris en 2020, elle a présenté son travail à La Station Gare des Mines (Paris, 2020) ainsi que dans différentes expositions collectives, parmi lesquelles « Detroit City Guide Book » (Paris, 2019), « Bruyère/Bruyère » (494, Bruxelles, 2019) ou encore « Les appartements du président chapitre » (Consortium, Dijon, 2017).

 

Commissaire : Adélaïde Blanc

Exposition

A partir d'octobre 2021