Vous êtes ici

« Histoires d'arts et de coïncidences » Par Dominique Païni

Pour offrir de nouvelles clefs de compréhension de la création contemporaine, le Palais de Tokyo a lancé un format de cours ouvert à tous : l'Atelier des regardeurs. Intitulé « Histoires d'arts et de coïncidences », le cycle confié à Dominique Païni se déroule les lundis, de 19h à 20h30. 

Histoires d'arts et de coïncidences

Avec Dominique Païni, critique et commissaire d'exposition indépendant

 

Lundi 20 novembre 2017 : Leçon inaugurale

Que font les regardeurs dans leur atelier ? Ils rapprochent et comparent. De Michel Foucault à André Breton, de Georges Bataille à Robert Bresson, la leçon inaugurale propose un éloge de l’analogie, au fil des grands textes qui en font l’éloge.

 

Lundi 27 novembre 2017 : Chutes et envols (1)

Lundi 4 décembre 2017 : Chutes et envols (2)

Lundi 11 décembre 2017 : Chutes et envols (3)

« Devenir léger ou rester pesant, en ce dilemme, certaines imaginations peuvent résumer tous les drames de la destinée humaine » Gaston Bachelard, L’Air et les songes, 1943

Représenter les mouvements ascensionnels ou d’effondrement a, de tous temps, constitué un enjeu des arts pour émerveiller ou terrifier, espérer ou se lamenter. De Bruegel à Marcel Duchamp, s’envoler ou tomber : extase ou fou rire ?

 

Lundi 18 décembre 2017 : Ralentir (1)

Lundi 15 janvier 2018 : Ralentir (2)

Un parcours à travers de nombreuses œuvres, d’Honoré de Balzac à Jean-Luc Godard, de Sam Peckinpah à Bill Viola, en passant par Douglas Gordon et Trisha Brown.

Pour les artistes qui recourent à la reproduction numérique des images, agir sur la vitesse de leur défilement est devenu une figure de style. Le ralentissement du mouvement des images revendique fréquemment une ambition : celle de penser. Solennité à bon compte de l’art contemporain ?

 

Lundi 22 janvier 2018 : Portrait du sexe en obsession

Le cinéma excella à représenter l’acte sexuel – à croire d’ailleurs qu’il n’aurait été inventé que pour « voir » ça – mais il représenta peu la dépendance au désir, ni la soumission infligée par l’addiction. Les autres arts visuels n’ont guère plus apporté d’images à l’obsession dont certaines conséquences font aujourd’hui l’objet d’une parole publique dénonciatrice.

Pourtant, de Luis Buñuel à Ingmar Bergman, de Marcel Duchamp à Pier Paolo Pasolini, de Flaubert à Aragon, des frères Chapman à Steve McQueen, de Grisélidis Real à Catherine Millet, des intellectuels et des artistes tentèrent de figurer le fait de « ne penser qu’à ça ».

L'Atelier des regardeurs

Du 20/11/2017 au 22/01/2018, les lundis de 19h à 20h30

Cycle de 7 leçons
Tarif plein : 60 €
Tarif réduit : 50 €

L’abonnement au cycle complet est clos.  

L’achat à la séance est possible sur place ou via la billetterie en ligne dans la limite des places disponibles.

Cours à l'unité
Tarif plein : 15 €
Tarif réduit : 12 €

Dominique Païni

Après avoir, entre autres responsabilités, dirigé et programmé des salles de cinéma d’art et d’essai à Paris, Dominique Païni intègre l’équipe du musée du Louvre. Auprès du directeur de l’époque, Michel Laclotte, il produit des séries télévisées qui font date (Palettes, La Ville Louvre, etc.). Il est par la suite directeur de La Cinémathèque française (Paris) de 1991 à 2000, puis directeur du développement culturel du Centre Pompidou de 2001 à 2006. Il a été le commissaire de nombreuses expositions mêlant le cinéma et les autres arts visuels, dont « Hitchcock et les arts » (Centre Pompidou, Paris ; Musée des Beaux-Arts de Montréal, 2001) ; « Jean Cocteau sur le fil du siècle » (Centre Pompidou ; Musée des Beaux-Arts de Montréal, 2003) ; « Jean-Luc Godard-Voyages en utopie » (Centre Pompidou, 2006) ; « Le noir est une couleur » (Fondation Maeght, Saint-Paul de Vence, 2006) ; « Michelangelo Antonioni » (Palazzo Dei Diamenti, Ferrare, 2013 ; La Cinémathèque française, 2015 ; BOZAR, Bruxelles 2015 ; EYE Film Institute, Amsterdam, 2015) ; « CIAO ITALIA ! » (Musée national de l’immigration de la Porte Dorée, Paris, 2017). Dominique Païni est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Le cinéma, un art moderne et Le temps exposé, le cinéma de la salle au musée aux éd. Cahiers du Cinéma, 1997 et 2002 ; L’Attrait de l’ombre, L’Attrait des nuages et L’Attrait des miroirs aux éd. Yellow Now, 2007, 2011 et 2017 ; Glamour, éd. Filigranes, 2017. Il collabore régulièrement à des revues spécialisées, dont Artpress et Les Cahiers du cinéma. Il a été professeur à l’Ecole du Louvre de 2002 à 2014 et à la HEAD, Genève, en 2017.