JEAN-MICHEL ALBEROLA L’aventure des détails

« Je ne fais que des détails, je ne fais que ça. Je compte simplement sur l’addition des détails. » (1)

Artiste majeur et inclassable de la scène française, Jean-Michel Alberola (né en 1953, vit à Paris) s’est fait connaître au début des années 1980.

Evoluant entre abstraction et figuration, réflexions artistiques et questionnements politiques, Jean-Michel Alberola réagit par l’art sur le réel et l’état du monde, à travers des peintures, des néons, des films, des textes, des objets, des installations, des sculptures, des murs peints, des éditions et des tracts.

L’exposition personnelle de Jean-Michel Alberola au Palais de Tokyo cartographie la diversité méconnue 
de son travail. Mettant en scène de nombreuses œuvres inédites en dialogue avec de précédentes créations, elle convoque les figures de penseurs majeurs, de Robert Louis Stevenson à Guy Debord, de Franz Kafka à Karl Marx, en passant par Simone Weil et le cinéma, et forme le point de départ d’une réflexion plus large sur l’histoire et l’état du monde, sur le temps ou sur les déplacements, des plus infimes aux plus actuels.

(1) Citation de l’artiste extraite d’une interview, revue Entre, 2014.


Commissaire : Katell Jaffrès
Conseiller adjacent : Dominique Païni

Biographie

Artiste majeur et inclassable de la scène française, Jean-Michel Alberola s’est fait connaître au début des années 1980 par le retour à la figuration et à la « peinture cultivée ». Ses oeuvres sont présentes dans de grandes collections muséales, en France comme à l’étranger. Des expositions personnelles de son travail ont été récemment organisées au Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne et au Musée des Beaux-Arts de Nancy (2008), à la Bibliothèque Nationale de France (2009), et au Forum de la Fondation d’entreprise Hermès, à Tokyo (2009). On a également pu découvrir ses oeuvres dans le cadre de nombreuses expositions collectives, dont Inside au Palais de Tokyo, De Giacometti à Tapiès, 50 ans de collection à la Fondation Maeght (2014), Mathématiques, un dépaysement soudain à la Fondation Cartier pour l’art Contemporain, Néons à La maison rouge, Les Maîtres du désordre au Musée du Quai Branly (2012) et Eclairage en groupe, co-produite par le FRAC Picardie et la Maison de la Culture d’Amiens en 2012.