Archive
RAGNAR KJARTANSSON Seul celui qui connaît le désir

« Parfois on a besoin d’ajouter un peu de théâtre dans la vie et vice versa. » (1) — Ragnar Kjartansson

Le Palais de Tokyo présente cet automne la première exposition personnelle en France de l’artiste islandais Ragnar Kjartansson (né en 1976, vit à Reykjavik), dont l’œuvre singulière se situe à la croisée de la performance et du cinéma, de la sculpture et de l’art lyrique, de la peinture de plein air et de la musique. Empreinte de l’humour propre à l’univers de l’artiste, l’exposition explore de façon poétique et surprenante la vie quotidienne occidentale, brouillant les frontières entre réalité et fiction.

Ragnar Kjartansson a conçu plusieurs œuvres inédites pour cette exposition. Parmi elles figure Bonjour (2015), performance qui fait se répéter chaque jour, pendant toute la durée de l’exposition, la rencontre fugace entre un homme et une femme dans un décor à l’échelle 1, et Scenes from Western Culture [Scènes de la culture occidentale] (2015), installation vidéo constituée d’un ensemble de peintures cinématiques et idylliques qui tout à la fois célèbre et déplore les désirs produits par la culture occidentale, ou encore l’oeuvre Seul celui qui connait le désir (2015), qui est composée de grandes peintures qui représentent des glaciers et des roches enneigées, rappelant la tradition théâtrale du décor peint.

Le projet d’exposition conçu par Ragnar Kjartansson pour le Palais de Tokyo succède à une importante série d’expériences inspirées de World Light [Lumière du Monde] (1937-1940), le roman épique composé de quatre volumes du Prix Nobel Halldór Laxness. Considéré comme le chef d’oeuvre de cette figure incontournable de la Littérature islandaise du XXème siècle, et comme une sorte de bible pour de nombreux artistes islandais, l’ouvrage relate l’histoire tragique et éminemment romantique d’un poète maudit.

Pour le titre de son exposition au Palais de Tokyo, l’artiste reprend un poème de Goethe. Objet complexe à la croisée de la littérature et de la musique, ce poème a connu différentes adaptations et traductions. Issu d’un roman d’apprentissage, il est devenu une composition musicale par Tchaïkovski (1869), puis une chanson interprétée par Frank Sinatra en 1949.

Un livre monographique édité par le Palais de Tokyo accompagne cette exposition.

Commissaire : Julien Fronsacq

(1) Ragnar Kjartansson, entretien réalisé par Markús Thór Andrésson “Ragnar Kjartansson - A Simple Act of Forgiveness”, Flash Art, n° 281, novembre-décembre 2011, pp. 78-81.

Biographie



Ragnar Kjartansson est né en 1976 à Reykjavik (Islande), où il vit. Diplômé de l’Académie des Arts d’Islande et du Royal Institute of Art de Stockholm, il a représenté l’Islande à la Biennale de Venise en 2009. Depuis plusieurs années, son travail bénéficie d’une large reconnaissance internationale et a été montré dans le cadre de nombreuses expositions personnelles en Europe et aux Etats-Unis. Après avoir de nouveau participé à la Biennale de Venise en 2013 avec le projet « S.S. Hangover », il a présenté « The Visitors » à l’ICA de Boston et au Guggenheim de Bilbao en 2014. Une vaste exposition personnelle a également eu lieu en 2014 au New Museum, à New York.