Vous êtes ici

Pablo Tomek Blanc de Polak

Peintre-sculpteur-photographe, Pablo Tomek est d’abord peintre-peintre, chiffonnier du siècle capitalocène. En 2016, son exposition « Travaux Publics » envahissait les arches extérieures du Palais de Tokyo, une succession de peintures monumentales inspirées par les techniques des peintures ouvrières. L’artiste d’origine Polonaise conclut cette intervention avec un geste pictural performatif sur les vitres du Palais de Tokyo enchantier, rejouant jusqu’à saturation les mouvements ouvriers, entre abstraction et (dé)figuration.

 

Le premier atelier de Pablo Tomek est la rue. Le désordre du dehors était un terrain de jeux lorsqu’il piratait la ville à coups de peintures illégales. La comédie urbaine est désormais la matière précaire de l’artiste , dont le travail d’atelier est imprégné par ses nombreuses dérives où le hasard rencontre des « détails farfelus et des phases mystiques de la ville ». Fonctionnant ensuite par succession de couches, de ratures, de superpositions et d’effacement, comme autant de calques numériques, la peinture de Pablo Tomek convoque le langage corrosif du graffiti, l’héritage de la peinture expressionniste abstraite, tout en s’inspirant des techniques des peintures ouvrières (blanc d’Espagne, mortier étalé à la truelle pour condamner les architecturesabandonnées, inscriptions chamaniques tracées en fluo sur le béton, destruction de la peinture au Kärcher...). Autant de langages inachevés que l’artiste manipule physiquement pour porter la peinture à l’état pire.

Exposition

À partir du 29/03/2021

Il vous reste 259 jour(s) pour découvrir l'exposition

« Les ouvriers étalent du blanc d’Espagne dilué à l’eau sur les vitres, pour se cacher des regards indiscrets. Cette pratique est caractérisée par des mouvements énergiques du bras et par l’empreinte des éponges utilisées. On rencontre ces peintures anonymes dans la ville: certaines sont opaques, d’autres moins, certains mouvements sont vifs et agressifs tandis que d’autres exécutés plus lentement produisent des formes douces et presque reposantes.»

Pablo Tomek

Pablo Tomek (né en 1988 à Paris) est issu du graffiti qu’il pratique de manière expérimentale et illégale avec son collectif PAL. En atelier, l’artiste fait évoluer sa pratique : il tisse alors des liens entre l’héritage du graffiti et de la peinture expressionniste abstraite tout en détournant des techniques et des esthétiques ouvrières (remixe du blanc d’Espagne, création de sculptures de parpaings bruts avec mortier en dégradés colorés, détournement des marquages fluo tracés par les architectes et des objets abandonnés dans la rue) pour en extraire un nouveau langage, souvent inachevé, au carrefour des marges de la peinture et des rénovations urbaines, sur fond d’institutionnalisation et de gentrification.

Le travail de Pablo Tomek a été présenté à l’occasion de plusieurs expositions personnelles et collectives : à la galerie du jour agnès b. à Paris (« Etat des lieux », 2013), au Frac Nord - Pas de Calais (« Toy », 2014), dans une friche industrielle investie clandestinement (« Expressiv Tag Painting », Pantin, 2015), à HLM à Marseille (« Honte », 2015), au Bateau Lavoir (« Après Coup », 2015), à la Mini galerie à Amsterdam (« Worker Games », 2016). Il publie sa première monographie aux éditions Classic Paris en janvier 2017.