Vous êtes ici

Dioramas

À l’été 2017, le Palais de Tokyo invite, avec Dioramas, à découvrir une source d’inspiration inattendue des artistes contemporains : le diorama. L’exposition déconstruit de manière inédite l’histoire du regard, au croisement de l’histoire, de l’histoire de l’art, du cinéma, du monde de la scène, des arts populaires et forains et de l’histoire des sciences et techniques.

Balzac qualifiait le diorama de « merveille du siècle »(1) : son invention au XIXème siècle a constitué une révolution optique, un moment clé de l’histoire du spectaculaire dans l’héritage des lanternes magiques du XVIIème siècle.

Du diorama de Daguerre consistant en une peinture de grande dimension soumise à de savants jeux d’éclairage, au célèbre diorama historique ou naturaliste connu des musées d’Histoire naturelle, formé d’une vitre, d’une toile de fond et d’éléments tridimensionnels, le diorama incarne le règne de la mise en scène et de l’illusion. En donnant, selon la forme inventée par Daguerre, l’impression du mouvement par des effets de lumière, il figure pour la première fois le passage du temps, et anticipe l’invention du cinéma. En offrant, dans sa seconde acception, la reconstitution d’une situation qui ne peut être vue pour des raisons spatiales ou temporelles, il donne naissance à une réalité virtuelle, et invite à croire, un instant, à l’authenticité de l’artifice.

S’il met en scène notre connaissance du monde, le diorama - dont l’étymologie signifie « voir à travers » - sert ainsi également de support de projection à l’imaginaire, et trouve notamment son origine dans le monde du théâtre.

Dans le sillage de l’exposition Le Bord des mondes (2015), le Palais de Tokyo poursuit ici son exploration des multiples territoires de l’art avec une constante ouverture à l’égard des différents champs de savoir. Ainsi, au-delà de l’histoire du diorama et de son influence sur des artistes majeurs du XXème et du XXIème siècle, l’exposition Dioramas invite à plonger dans les mécanismes cachés de ce dispositif. En démantelant ses stratégies d’illusionnisme, elle offre la possibilité d’élaborer une approche critique du pouvoir de représentation, et ouvre à des problématiques actuelles telles que la conscience écologique et l’héritage visuel du colonialisme.

 

Avec : Marcelle Ackein, Carl Akeley, Sammy Baloji, Richard Baquié, Richard Barnes, Erich Böttcher, Jacques Bouisset, Cao Fei, Philippe Chancel, Joseph Cornell, Louis Daguerre, Giovanni D’Enrico, Caterina De Julianis, Mark Dion, Jean Paul Favand, Claude-André Férigoule, Joan Fontcuberta, Diane Fox, Emmanuel Frémiet, Ryan Gander, Isa Genzken, Arno Gisinger, Ignazio Lo Giudice, Robert Gober, Duane Hanson, Edward Hart, Patrick Jacobs, Arthur August Jansson, Anselm Kiefer, Fritz Laube, Pierre Leguillon, William Robinson Leigh, Charles Matton, Mathieu Mercier, Kent Monkman, Armand Morin, Lorenzo Mosca, Dulce Pinzón, Walter Potter, Georges Henri Rivière, G-M Salgé, Gerrit Schouten, Ronan-Jim Sévellec, Pierrick Sorin, Peter Spicer, Hiroshi Sugimoto, Fiona Tan, Tatiana Trouvé, Jeff Wall, Rowland Ward, Tom Wesselmann

Commissaires : Claire Garnier, Laurent Le Bon, Florence Ostende

L’exposition est organisée en partenariat avec la Schirn Kunsthalle, Francfort.
Commissaire de l’exposition à la Schirn Kunsthalle, Francfort : Katharina Dohm.

 

(1) Honoré de Balzac, Lettre à sa sœur Laure, 1822

Exposition

Du 14/06/2017 au 10/09/2017

À découvrir de midi à minuit, tous les jours sauf le mardi.

Cette exposition bénéficie du soutien de :

 

Cette exposition bénéficie du soutien de Art Museum, University of Toronto ; Galerie Almine Rech ; Galerie Thaddaeus Ropac, London/Paris/Salzburg et du Centre Culturel Canadien (Paris). Ce projet s’inscrit dans le cadre de Canada 150, qui célèbre le 150e anniversaire du Canada.