Magazine Palais #17

Sortie le 25 février 2013

En résonance avec la nouvelle saison du Palais de Tokyo, Raymond Roussel, grand explorateur de mondes inventés, contamine de son génie poétique ce numéro de PALAIS, nous faisant basculer sans cesse dans une géométrie mentale différente.
Au sommaire de ce numéro : des essais de Matthieu Poirier sur Julio Le Parc, Niklas Maak sur François Curlet, Dieter Roelstraete et Yann Chateigné Tytelman au sujet de travaux récents de Joachim Koester, Amélie Lavin sur Dewar & Gicquel ; des contributions visuelles de Takahiro Iwasaki et Evariste Richer ; un focus sur sept artistes de la scène émergente (Marcos Avila Forero, Hicham Berrada, Gauthier Leroy, Lars Morell, Jean-Michel Pancin, Pierre Paulin, Clémence Seilles) ; sous le titre « Hell comme discussion », Nadja Argyropoulou, curatrice, et Yorgos Tzirtzilakis, architecte, s’entretiennent sur fond de « diabolisation » de la Grèce comme symptôme de la crise européenne. PALAIS invite également François Piron, commissaire de l’exposition « Nouvelles Impressions de Raymond Roussel », à concevoir un dossier autour de celle-ci. Il y revient sur la personnalité fantasque de l’écrivain et sur son œuvre mystérieuse où, disait-il, « rien de réel ne doit entrer ». En compagnie d’historiens, de critiques d’art et d’artistes, il aborde l’écrivain en diagonale et considère la circulation de son œuvre parmi celle de nombreux artistes. Dossier central conçu par François Piron, avec des textes de Lorenzo Benedetti (sur Mark Manders), Marie de Brugerolle (au sujet de l’héritage californien de Roussel), Bernard Marcadé (sur les coïncidences entre Duchamp et Roussel), Alain Quella-Villéger (sur la relation Roussel / Loti), et un extrait du roman « rousselien » de Rodney Graham.